Search in:

Sweet sixteen – Mon cher ado TDAH

Celui qui m’a permis d’écrire des centaines de billets portant sur le TDAH a eu 16 ans aujourd’hui. Déjà 8 ans que je blogue sur le sujet, que je découvre chaque jour ce que c’est de vivre avec un déficit d’attention. Au début, je l’avoue, je me suis sentie bien seule. Personne autour de moi ne comprenais vraiment ce qu’était le TDAH, personne n’avait la chance d’avoir un enfant touché par ce trouble. J’avais en quelque sorte gagné à la loterie de la vie. C’est bien plus tard que j’ai réalisé que ce n’était pas moi la victime; c’était lui.

Lui qui chaque jour devait lutter pour se faire une place au soleil, pour tenter de contrôler ses pensées, ses gestes, pour apprendre à être comme tout le monde, comme les autres enfants de son âge. À freiner ses pulsions, souvent plus grandes que lui.

Aujourd’hui, il a 16 ans et il est différent des autres jeunes de son âge et je trouve ça formidable! Cet enfant (oui, il l’est encore pour moi hehehehe) est fantastique, pas du tout ordinaire et je l’avoue, je me suis fait un sang d’encre pour rien. Il fait sa place dans la vie, il fonctionne bien à l’école, il a une vie sociale et sait bien s’entourer. Il s’intéresse à une foule de choses et ma foi, il m’a surprise plus d’une fois avec son esprit créatif, ses blagues poches et son style unique. J’admire, je chéris et j’envie presque cette différence, son unicité.

Oui, il a un déficit d’attention, comme il a une myopie ou qu’un autre a le diabète. On apprend à vivre avec, on est conscient de ses limites mais aussi de ses forces.  Chaque fois qu’il prend de l’autonomie, qu’il s’organise ou qu’il accomplit quelque chose qu’hier lui était difficile, j’ai le goût de crier : « yéééééééé, on a réussi!! »

J’aurais le goût de vous dire de ne pas vous en faire, qu’en vieillissant, nos enfants TDAH s’en sortent bien, qu’ils progressent comme les autres même si c’est de façon différente. Ça serait facile de le dire parce que nous sommes passés au travers, mais il ne faut jamais oublier tous les efforts qui ont été déployés pour y arriver. L’encadrement, l’ouverture, les multiples interventions et surtout, la médication.

À 16 ans, il est conscient de ce qu’il a besoin, de ce qu’il ne doit pas faire pour mettre toutes les chances de son côté et surtout, qu’il pourra toujours compter sur ses parents pour l’épauler, l’encourager ou lui sortir la tête de l’eau quand ça n’ira pas bien.

Tout compte fait, je réalise à quel point j’ai gagné à la loterie, je suis une gagnante à vie parce que cet enfant a été mis sur mon chemin et qu’il m’a fait voir la vie autrement, pleine de couleurs et de nuances.

Aujourd’hui, nous sommes de plus en plus de parents gagnants à cette loterie de la vie, des centaines de milliers de familles sont directement touchées par ce trouble. Puissions-nous ensemble, arriver à faire voir la vie autrement qu’à travers la différence.

Commentaires

comments

One thought on “Sweet sixteen – Mon cher ado TDAH

josée bourassa

Je reconnais vos grands efforts et votre bonté immense. Vous progressez vous deux dans la bonne direction. Je suis tutrice et aussi passionnée par les huiles essentielles. Certains de mes élèves en profitent. Si vous connaissez des parents qui ne veulent pas utiliser la médication comme plan A, dites-leur que le plan B sans effets secondaires peut être les HUILES ESSENTIELLES. J’ai accumulé maints témoignages. Les HE ne s’attardent pas au diagnostique mais bien aux émotions, aux attitudes ainsi qu’aux comportements indésirables et nuisibles aux apprentissages en classe.

Reply

Répondre à josée bourassa Annuler la réponse.