Search in:

Vaincre l’anxiété par la PNL

imageVous le savez déjà, l’un de mes fils souffre d’un trouble anxieux et a, depuis plusieurs semaines, beaucoup de mal à dormir dans sa chambre; son lit est maléfique, ses couvertures ne sont pas confortables, la disposition n’est pas optimale et même la couleur des murs semble lui déplaire. Ce qui à première vue peut sembler un caprice ou une tentative de manipulation n’est en fait que la manifestation de son anxiété. Il pleure, panique s’il ne s’endort pas, dépend de la mélatonine et trouve toute place plus confortable que son lit, même le plancher de la salle de bain.

Nous avons tenté plusieurs choses pour l’aider à vaincre cette peur de ne pas arriver à s’endormir : le bain, la détente, la musique, changer les couvertures et même revoir la disposition de sa chambre. Rien n’y fait… c’est toujours la panique. La seule chose qui fonctionnait vraiment, c’est de lui permettre de dormir avec son petit frère. Le problème, c’est qu’il veut toujours dormir avec lui et ne souhaite plus dormir dans sa chambre. On nous a conseillé de le laisser faire, qu’il finirait par se tanner et finirait aussi par réintégrer sa chambre. Ce n’est pas arrivé.

Je me suis alors rappelé que la PNL (Programmation Neuro-Linguistique) avait eu des effets très bénéfiques sur mes petits démons intérieurs lorsque j’ai consulté il y a quelques années. La PNL permet en quelque sorte d’entrer dans les coulisses du cerveau et de rétablir les ponts entre les deux hémisphères du cerveau qui sont souvent séparés par les émotions (ma définition). Plusieurs techniques sont utilisées pour arriver à mieux faire communiquer notre cerveau et à se débarrasser des « émotions » envahissantes (programmation). J’ai donc demandé à Manon (ma coach PNL) de voir si elle pourrait aider fiston à vaincre son anxiété et sa peur.

D’entrée de jeu, elle m’a dit que pour arriver à aider un enfant, il fallait bien connaître le parent et s’assurer que la problématique ne vienne pas de celui-ci (tsé la pomme et le pommier). Il est donc important avant d’entreprendre ce genre de thérapie, d’avoir nous-même passé au travers. Ça vous servira à deux choses : à mieux comprendre l’origine de certaines émotions et du même coup, à mesurer votre niveau de confort avec la (le) thérapeute. J’étais déjà passé par là alors nous avons pu commencer par fiston.

Je n’ai pas dit tout de suite à fiston que nous allions rencontrer Manon, je ne voulais pas le voir paniquer et anticiper cette rencontre. C’est pourtant super agréable, mais ça, je savais que je n’arriverais pas à le convaincre, son anxiété est plus forte que tout, même plus forte que le réconfort de sa maman. Nous nous sommes donc présentés à son bureau et après s’être installés confortablement, elle a expliqué à fiston quel était son rôle (créer des ponts entre les hémisphères) et elle lui a expliqué tout ça à l’aide d’une présentation powerpoint qui décrivait sommairement ce qu’elle allait faire avec lui pour l’aider à vaincre ses peurs. Il a beaucoup aimé (il souriait à pleines dents).

Puis, elle a discuté avec lui sur ce que cette émotion suscitait comme réaction physique. Il a alors parlé d’un petit frisson qui le parcourait à certains moments de la journée : lorsqu’il est dans l’autobus scolaire, quand son enseignante donne une tâche à accomplir, quand c’est l’heure du souper et évidemment, juste avant d’aller dormir. Ce petit exercice a permis d’identifier ce qui se passait dans son corps et ce qui provoquait le frisson. Nous avons identifié que dans le cas de fiston, les transitions ainsi que le fait de se retrouver seul provoquaient un frisson qui initiait l’anxiété (ou l’inverse). Une fois la source identifiée, on pouvait alors travailler le problème.

Nous avons depuis rencontré Manon à trois reprises et fait un total de 5-6 heures de thérapie. Les résultats sont vraiment impressionnants. Je dirais que le problème est résolu à 70%, il reste encore un 30% de travail à faire et nous aurons probablement encore quelques séances à prévoir… mais je suis encore une fois stupéfaite des résultats. La PNL peut sembler ésotérique mais c’est encore plus fort selon moi que la psychologie moderne. Évidemment, elle doit être pratiquée par un professionnel certifié qui est à l’aise à traiter avec les enfants. Ils ne font pas que parler du problème, on s’attaque directement à celui-ci en travaillant à l’aide d’exercices et en utilisant des stratégies d’ancrages. L’enfant participe et doit reproduire ce qu’il a appris à la maison. On ne théorise pas en PNL, on passe à l’action et on va chercher à la source ce qui crée une difficulté. Si vous êtes à bout de souffle comme je l’étais, n’hésitez pas une seconde à envisager la PNL, vous verrez, enfin quelque chose qui fonctionne!!!

En BONUS, ma toute première vidéo complémentaire au billet

Je vous y révèle 5 clés essentielles pour qu’une approche PNL soit efficace et je vous offre également un accès exclusif à mes démons intérieurs.  Curieux, curieuses?  Allez voir cette petite vidéo imparfaite que j’ai tourné sur mon balcon en tout simplicité.  Vos commentaires sont les bienvenus!! 😉

Commentaires

comments

5 thoughts on “Vaincre l’anxiété par la PNL

Nancy Dubé

Bonsoir,

Je me demandais le nom complet de votre intervenante. Est-ce qu’elle pratique à Quebec? Est-ce possible d’avoir ses coordonnées. Merci

Huguette Thiboutot

PNL m’a guérie à tout jamais de mon anxiété. C’était il y a 25 ans en 1990. J’ai 76 ans maintenant et grâce à cette approche JE VIS !!!

Martine RASSALLE

qu’Est-ce que le PLN et quel type de médecin peut pratiquer cela ? en connaissez-vous dans le Nord ?
un grand merçi.
une grande anxieuse

    eloise Post author

    La PNL n’est pas pratiquée par les médecins, c’est un traitement alternatif à la psychothérapie. Dans le Nord du Québec?

Comments are closed.